Konstrukcija

BD/LSP 001
Prix: 15,50€

Plus qu’un side-project, Konstrukcija résulte des retrouvailles de Stropu Jurka (STROPS, VSKB, ainsi que l’émission de radio INTERVILNIS) et Gatis Druvaskalns (STARPLIKTUVE, CELMLAUZIS) au printemps 2011 alors que ce dernier rentre d’un séjour de deux ans aux Pays-Bas. Il rapporte à son acolyte un Casio MT-40 acheté pour la modique somme de 5 euros. Ils se lancent et en quelques jours enregistrent plusieurs titres pour lesquels le Casio, un Korg Monotron, un Estradin-230 et une noise box de leur création ont été utilisés. Tant et si bien qu’un album entier d’unreleased en découla. Les textes font allusion à tous leurs amis partis à l’étranger, comme ceux partis pour toujours en sautant du pont suspendu à Riga.
Sur le plan sonore, le projet est parvenu à créer une musique électronique analogique et minimale rendant hommage aux pionniers du genre tels que Kraftwerk, El Aviador Dro ou Yellow Magic Orchestra en y alliant cette indescriptible froideur propre à la Lettonie où la température hivernale peut tomber à -30°C, et l’hiver durer la moitié de l’année...
Le projet initial aurait dû en rester là mais en décembre 2012 les voilà à nouveau réunis pour préparer un concert qui sera joué deux mois plus tard à Paris, suite à l’invitation lancée par Les Sons Paranormaux. Ils pensent alors tout naturellement à convier Erlends Paičs qui était déjà présent au sein de VSKB quelques années plus tôt, notamment pour une série de sets live à l’initiative de l’association déjà mentionnée.
Durant les répétitions de ce set, ils reprennent une partie des vieux morceaux en en améliorant la qualité. Entre-temps LSP s’est acoquinée avec Thierry Müller et défie le groupe de refaire une reprise de Ruth tentée quelques années plus tôt, et pour laquelle le chanteur original sera présent sur scène pour le live. Trois mots d’ordre : Polaroïd/Roman/photo… qui a également été incluse ici dans sa version studio.
De retour au pays ils jouèrent à nouveau un set en Lettonie et ce fut tout. Tout… jusqu’à ce que LSP et Brouillard Définitif leur proposent (en 2013) de produire leur premier album. De nouveaux morceaux sont enregistrés et rassemblés à quelques-uns plus anciens. C’est ce que nous vous présentons ici. D’un point de vue graphique Konstrukcija s’insère à la croisée du constructivisme de Gueorgui Kroutikov, des visuels chers à l’ère post-industrielle et de l’ironie dadaïste de la Deutsche Neue Welle.